L’une des étapes cruciales de la construction d’une maison consiste à choisir son carrelage. En plus de sublimer la décoration de votre maison, celui-ci passera un bon moment en son sein. Il est donc très important de le choisir avec assez d’engagement et de façon réfléchie.

Dans une telle démarche, de nombreuses personnes s’appesantissent sur la beauté du revêtement, cependant, d’autres critères doivent être pris en compte pour faire le meilleur choix. Nous vous invitons à découvrir dans cet article comment bien choisir son carrelage.

Choisir son carrelage en fonction du lieu d’installation

Pour choisir son carrelage, il est d’abord important de tenir compte de son lieu d’installation. En effet, il existe des carrelages d’intérieur qui s’adaptent à l’intérieur des maisons et des carrelages extérieurs utilisés au sein du jardin comme vous pouvez le voir avec le carrelage Novoceram. Chacun de ces revêtements s’adapte correctement aux caractéristiques du lieu d’installation.

Les carrelages extérieurs se démarquent en réalité à travers leurs caractéristiques antidérapantes. Ces caractéristiques varient toujours en fonction des lieux d’usage et d’autres conditions que la résistance à la glissade.

Parlant des revêtements d’intérieur, la distinction se fait aussi entre les carreaux muraux et les carreaux de sol. À travers leur nature, ces deux revêtements se distinguent l’un de l’autre. En effet, les carrelages utilisés pour le sol sont plus résistants que ceux servant de revêtement mural. Dans certaines constructions, le carrelage de sol peut être utilisé pour revêtir le mur. Cependant, le contraire ne sera pas possible.

Les normes à respecter pour le choix du carrelage

Il est presque impossible de bien choisir son carrelage sans tenir compte de sa résistance et de son degré d’adhérence. Ces deux caractéristiques sont définies par les professionnels à travers des normes techniques et des normes antidérapantes.

Les normes techniques

Les carrelages sont classifiés en fonction de leur résistance et de leur destination par la CSTB et l’UPEC. Chaque environnement soumet le revêtement à des niveaux de sollicitation chimique, physique et mécanique pouvant être responsables de sa détérioration. Ces normes visent principalement à déterminer si les revêtements sont assez adaptés aux conditions des pièces dans lesquelles ils sont posés. Pour ce faire, quatre critères sont prédéfinis par l’UPEC :

  • U : c’est le niveau de résistance le plus bas dont l’indice varie entre 2 et 4. Il définit l’usure liée à l’abrasion, donc la marche et le piètement ;
  • P : les carrelages de cette classe sont les plus résistants avec leur degré de résistance variant de 2 à 4 s. Il définit la résistance au poinçonnement causé par exemple par la chute des objets, la présence ou le déplacement de mobiliers ;
  • E : il définit les revêtements avec un niveau de résistance de 1 à 3 généralement utilisés dans les pièces d’eau ;
  • C : c’est le niveau de risque maximum, indiquant la résistance aux produits chimiques. Leur degré de résistance varie de 0 à 2.

Pour choisir son carrelage, il suffit donc de s’assurer que sa résistance est égale ou supérieure à celle définie pour sa zone d’installation.

Une autre norme étroitement liée à l’UPEC se base principalement sur les carreaux émaillés pour la répartition. Il s’agit de la certification PEI qui mesure la résistance des revêtements à l’abrasion en leur attribuant une note de 1 à 5. La note 5 ici est attribuée aux carrelages de sol hyper résistants installés dans les pièces soumis aux passages intenses.

Les normes antidérapantes

Elles définissent principalement le niveau d’adhérence des carrelages pour limiter les risques de glissade et de chute. Cette norme est très importante pour ceux qui souhaitent installer des revêtements de jardin, de salle de bain ou de piscine. Ainsi, le degré de résistance des carrelages à la glissade pieds chaussés se définit comme suit :

  • R9 définissant l’adhérence normale ;
  • R10 pour l’adhérence moyenne ;
  • R11 avec un niveau d’adhérence élevée ;
  • R12 définissant une forte adhérence ;
  • R13 pour une forte résistance.

Quant à la résistance des carrelages à la glissade les pieds nus, la lettre A définit la résistance moyenne avec une inclinaison supérieure ou égale à 12 °. La lettre B est aussi utilisée pour désigner l’adhérence élevée avec une inclinaison moyenne inférieure ou égale à 18 ° et la lettre C définit la forte adhérence avec un niveau d’inclinaison inférieure ou égale à 24 °.

Les dimensions du carrelage

En ce qui concerne leurs dimensions, les carrelages offrent de grandes possibilités de choix. Néanmoins, ces dimensions jouent un grand rôle en ce qui concerne l’esthétique de votre maison. Il faut donc veiller à bien faire son choix. Les petits carreaux de format 30×30 sont considérés comme étant classiques. Ils conviennent beaucoup aux petits espaces avec un style rétro ou cosy. Les plus petits carrelages comme les mosaïques peuvent aussi servir à créer des espaces contemporains.

En ce qui concerne les formats moyens assez plébiscités aujourd’hui, ils s’adaptent à tout espace, que ce soit la terrasse, le salon, la cuisine ou la salle de bain. Ce sont en effet des revêtements dont la taille varie entre 10 et 45 cm de côté. Quant aux carreaux grand format très tendance, ils sont beaucoup plus utilisés dans les grands espaces. Ils présentent un nombre réduit de joints, apportant ainsi élégance et légèreté aux espaces.

Choisir son carrelage en fonction des effets et les couleurs

Après avoir défini tous les précédents éléments, il est maintenant nécessaire de se pencher sur les effets et couleurs disponibles pour bien choisir son carrelage. Sur le marché, il est possible de retrouver des revêtements avec effet de pierre, béton, imitation de parquet, les carreaux de ciment, ou encore le style papier peint. Le mieux ici est de prendre en compte le lieu d’installation et le type de décoration adopté au sein de sa maison.

Les carrelages en céramique ou parquet sont par exemple assez sollicités pour les espaces extérieurs comme intérieurs pour ce qui est de leur aspect. C’est aussi le cas de la pierre naturelle, du ciment et du papier peint qui sont aussi bien sollicités, mais ne conviennent pas à toutes les pièces. Pour ce qui est de la couleur, il existe des carrelages colorés, unis, neutres, foncés, clairs, brillants, mats, etc. Ils offrent tous une grande possibilité de décoration en fonction du style d’intérieur adopté.

L’entretien du carrelage

L’entretien est aussi l’un des critères les plus importants à vérifier pour bien choisir son carrelage. Les sols ou les murs qui se salissent rapidement ou sont difficiles à nettoyer peuvent être désagréables. Pour plus d’aisance, il convient donc de choisir un revêtement qui se prête à un nettoyage et un entretien facile.

Le carrelage poreux est donc peu conseillé. Il en est de même pour les revêtements en marbres ou en terre cuite nécessitant un traitement hydrofuge ou qui sont trop sensibles aux tâches. Pour plus d’aisance en ce qui concerne le nettoyage et l’entretien du carrelage, le mieux est de privilégier les carreaux en céramique et en grès-cérame. Les carrelages plus foncés et à motifs sont aussi très résistants à la saleté.