L’ère des produits chimiques pour lutter contre les parasites du jardin est révolue. Le stockage des produits chimiques et surtout la toxicité de ces produits qui peuvent tuer les insectes utiles et d’autres animaux sauvages amènent les jardiniers responsables à faire de la lutte biologique intégrée. Explications !

Qu’est-ce que la lutte biologique ?

La lutte contre les parasites des jardins est la pratique consistant à gérer les parasites qui endommagent ou inhibent la croissance des fruits, légumes et autres plantes dans le jardin. Cela est important pour produire des cultures de meilleure qualité et à rendement plus élevé. Les meilleurs jardins regorgent de vie, et maintenir le bon équilibre entre les parasites bénéfiques et la faune sauvage tout en réduisant ou en éliminant les populations d’insectes et les parasites causant des dommages est l’objectif de la lutte contre les parasites. Il existe quelques méthodes à envisager et, en général, un bon mélange est la clé du succès.

La lutte biologique assistée par l’homme n’est pas nouvelle. Il y a près de 2 000 ans, les Chinois ont introduit des nids de fourmis jaunes dans les vergers de mandariniers pour lutter contre les chenilles indésirables et les coléoptères. Et aujourd’hui, les larves de coccinelle sont couramment utilisées contre les pucerons et bien d’autres ravageurs comme nous le verrons ci-dessous.

Dans la nature, la lutte biologique se déroule tout autour de nous sans intervention de l’homme. Les oiseaux indigènes ont un appétit vorace pour les insectes nuisibles, tout comme les coccinelles et leurs larves. Les cultures de céréales, de légumes et de fruits dont dépend notre alimentation ne pourraient pas pousser sans la présence presque invisible de hordes de minuscules guêpes parasites qui font le gros du travail en matière de lutte contre les insectes nuisibles dans le monde entier.

Parmi les différentes pour lutter contre les nuisibles dans le jardin, l’idéal est de privilégier :

  • Biologique (utilisation d’organismes vivants pour lutter contre les parasites),
  • Barrières (création d’une barrière entre les plantes et les ravageurs potentiels),
  • Dissuasif (dissuader les nuisibles par des moyens dissuasifs comme un épouvantail).

Quels sont les ravageurs ?

Les ravageurs des jardins sont souvent des insectes comme les pucerons. Cela peut aussi être des escargots et limaces voire d’autres animaux.

Grâce à la lutte biologique, les animaux nuisibles peuvent presque toujours être contrôlés ou découragés.

lutte contre les parasites

Attirer les bons insectes et animaux

Les insectes bénéfiques sont attirés par l’achillée millefeuille (espèce Achillea), les herbes (thym, mélisse, menthe verte, lavande anglaise, grande camomille, coriandre), les membres de la famille des marguerites (zinnia, cosmos, chrysanthème) et, surtout, la luzerne.

Mais, la présence d’oiseaux et la visite d’insectes utiles par le biais d’une sélection prudente des plantes peuvent ne pas suffire à résoudre les problèmes liés aux nuisibles. Dans de tels cas, il existe des insectariums qui nourrissent et produisent en masse des insectes prédateurs pour lutter contre les insectes nuisibles et les acariens communs.

Utiliser les larves de coccinelle pour lutter contre les nuisibles

Les coccinelles sont l’un des insectes bénéfiques les plus couramment utilisés dans les jardins pour la lutte biologique.

Les larves de coccinelle sont des prédateurs naturels. Les espèces de coccinelles bénéfiques tuent entre autres les pucerons, les punaises, les larves de la punaise des asperges, les charançons de la luzerne, les thrips des haricots, les larves de doryphore de la pomme de terre, les cochenilles, etc.

Les larves de coccinelle se cultivent ou se vendent. Vous pouvez libérer les larves en soirée, quand il fait plus frais. Vous pouvez les relâcher dans votre potager en étalant la manœuvre sur plusieurs jours. Les larves peuvent se conserver dans un réfrigérateur.