Livres sur les jardins

Le problème avec la plupart des livres de jardin est qu’ils sont écrits par des jardiniers. Les jardiniers ont l’habitude de remplir des pages et des pages avec des mots qui sonnent comme rhizosphère, argileux et pH, qui n’est même pas un mot. Tout cela sonne aussi excitant que l’algèbre.

Problème avec les livres de jardinage

L’autre problème avec les livres de jardinage, c’est qu’un si grand nombre d’entre eux se plaignent d’une idée de la nature qui est devenue à la mode à l’époque des jupes de cerceau et des corsets en os de baleine. Je parle de l’idéologie du célèbre défenseur de l’environnement du XIXe siècle, John Muir, qui a écrit à propos de la nature sauvage comme un endroit où jouer et prier, où la nature peut guérir, encourager et donner de la force à l’âme. J’ai envie de lire sur ce concept d’ espace sacré de la nature à peu près autant que je veux enfiler un bonnet en dentelle et monter en selle.

Ce ne serait pas génial de lire un livre de jardin d’un non-jardinier dévoué, pour montrer que les jardins ne sont pas réservés aux pro ! Les jardins sont sexy, et effrayants, parfois même scandaleux, et le meilleur de tous, les jardins sont les cadres parfaits pour servir des cocktails glacés et écouter des ragots brûlants…

Les meilleurs livres de jardinage

Le Jardinier de Versailles d’Alain Baraton

Baraton s’occupe du Grand Parc de Versailles depuis plus de 40 ans, d’abord comme assistant jardinier creuseur de fossés en 1976 et, depuis 1982, comme son jardinier en chef. Dans ces mémoires d’un charme ardent, Baraton pimente les choses avec des conseils sur les meilleurs coins cachés des jardins, des descriptions luxuriantes de la tombée de la nuit dans les bosquets royaux et des odes émouvantes aux puissants tombés (arbres, rois et anciens jardiniers-en-chef). Baraton est la preuve qu’un jardinier débonnaire existe.

Sunlight on the Lawn de Beverley Nichols

N’importe lequel des douze livres de jardinage écrits entre 1932 et 1968 par la plus adorable snob d’Angleterre aurait été un parfait candidat pour cette liste. Mais Sunlight on the Lawn, à partir de 1956, se distingue par le fait que les plus savoureux morceaux de mésanges horticoles sont arrosés avec les plus généreuses portions de la malice bien élevée à laquelle la noblesse excelle. Voici Rose, toujours aussi gentille, qui insulte Mlle Emily pour ses méthodes de désherbage et qui parade avec un sarcasme inspirant la crainte. Derrière leur dos, qui vit pour de tels scandales, remue les choses avec ses déclarations sur les dessins de jardins vulgaires et les tendances florales collantes. Délicieux.

Le jardin secret de Frances Hodgson Burnett

Il y a un jardin qui n’est pas seulement effrayant, mais mortel. Vous connaissez probablement déjà l’histoire de l’orpheline Mary Lennox, l’enfant le plus désagréable que j’aie jamais vu, et sa réhabilitation du jardin muré effrayant avec l’arbre tueur (celui dont la défunte est tombée). Mais vous ne saviez probablement pas que Hodgson Burnett a écrit cette fable emblématique en anglais aux États-Unis, dans sa maison de Long Island, à moins de trois kilomètres de chez moi. Ce fait m’a inspiré à croire que les grands écrivains de jardins peuvent venir de n’importe où, même de sa propre banlieue ennuyeuse.

Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry

Un autre conte classique de Long Island. Antoine de Saint-Exupéry, exilé de sa France natale au début de la Seconde Guerre mondiale, s’est retrouvé ici, un havre d’écriture, le meilleur endroit que j’aie jamais eu dans ma vie. Et voilà : l’histoire de la Rose, bien-aimée de l’extraterrestre sensible du titre, était née. Encore plus réconfortant pour moi, en tant qu’aquarelliste autodidacte, est l’œuvre de Saint-Exupéry, qui est, franchement, terrible, et pourtant très aimée dans le monde entier.

Deuxième nature : A Gardener’s Education de Michael Pollan

Pollan écrit sur la saleté et est tout à fait fascinant, même pour un lecteur qui a déjà déclaré que c’est exactement le sujet qu’elle redoute le plus dans les livres de jardin. En effet, la terre, comme tout autre sujet abordé par Pollan (roses, mauvaises herbes, arbres, etc.), n’est que le point de départ d’une envolée de fantaisie qui met en lumière l’histoire politique, la culture populaire et les distinctions de classe, tout en étant à la fois très amusante et très stimulante. Surprise, il y a beaucoup plus dans un jardin que sa liste de plantation. Quand j’ai écrit Gardens of Awe and Folly, c’est le genre de récit à valeur ajoutée que j’ai fait de mon mieux pour imiter, car le plagiat flagrant est faux.

Idées de jardin pro

Pensées vertes : A Writer in the Garden d’Eleanor Perenyi

OK, c’est le titre le plus ennuyeux pour un livre de jardin. Ce qui signifie que vous serez d’autant plus heureux de la verve et de l’excentricité de son auteur. En tant qu’ex-femme américaine d’un baron roumain, Perenyi a jardiné dans l’ancien et le nouveau monde, dans la guerre et la pauvreté, dans la paix et la prospérité, et, enfin, dans le Connecticut. Elle est cultivée et grincheuse ? Dégressif et drôle ? Cerveau et effronté ? Elle ne l’est jamais. Il suffit de lire le chapitre Oignons, et je vous garantis que vous serez aussi amoureux de la dame qu’elle l’est des échalotes. L’une de mes possessions les plus précieuses est une photo de Perenyi assise dans son parterre de jardin, un ballon dans une main et une cigarette dans l’autre. Elle a vécu jusqu’à 91 ans, ce qui montre à quel point le mode de vie des jardiniers doit être sain.

Notre vie dans les jardins par Joe Eck et Wayne Winterrowd

Rien ne pourrait me convaincre que je pourrais manquer quelque chose en n’ayant pas mon propre jardin – sauf peut-être ce livre. Ce récit cosy montre que les auteurs sont les parangons du monde des jardins les plus sympathiques et les plus terre-à-terre qui soient. En regardant un portrait de l’artiste Rubens Peale, les auteurs observent que le sujet tient l’un des plus beaux pots de fleurs qu’ils n’aient jamais vus. Eh bien, si le fait de bricoler dans une bordure herbacée me rendrait à moitié aussi raffiné, spirituel et avenant, alors je serais heureux d’attraper une houe et d’avoir à le faire.

The Potting-Shed Papers de Charles Elliott

J’ai commencé ma formation d’écrivain de jardins en dévorant cette collection de 31 essais sur les jardins, les jardiniers et l’histoire des jardins. Elliott erre partout où sa curiosité hyperactive l’emmène, de l’invention de la tondeuse à gazon en Angleterre à la découverte du coquelicot bleu en Chine, en passant par les cultures paysannes des Pays-Bas et du Japon et, oh, presque partout ailleurs. Lisez ce livre et apprenez des choses importantes sur l’état d’esprit du jardinage, comme la détermination qu’il faut pour faire pousser un séquoia californien dans le Gloucestershire, et à quel point c’est dingue et merveilleux que quelqu’un ait jamais essayé de le faire.

La nouvelle Sylva : A Discourse of Forest and Orchard Trees for the 21st Centurypar Gabriel Hemery, illustré par Sarah Simblet

Comme dans l’original, il s’agit d’une exhortation aux à chérir et à entretenir leurs forêts, Hemery écrivant avec émotion sur les forêts en tant qu’artefacts de la civilisation et célébrations de l’arbre-dom dans votre pays mystiquement vert et incroyablement agréable.