Habitat naturel dans votre jardin

Îles et les zones marines littorales environnantes constituent des écosystèmes uniques qui comprennent souvent de nombreuses espèces végétales et animales endémiques que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre. Héritage d’une histoire évolutive unique, ces écosystèmes sont des trésors irremplaçables. Ils sont également essentiels aux moyens d’existence, à l’économie, au bien-être et à l’identité culturelle de 600 millions d’insulaires, soit un dixième de la population mondiale. Le thème de la biodiversité des îles a été choisi pour coïncider avec la désignation par l’Assemblée générale des Nations Unies de 2014 comme l’Année internationale des petits États insulaires en développement.

Qu’est-ce que la biodiversité et pourquoi est-elle importante ?

La biodiversité a été décrite comme le réseau de la vie. Elle englobe tous les êtres vivants qui existent sur notre planète et l’environnement dans lequel ils vivent. Du plus petit microbe unicellulaire à l’énorme majesté du rorqual bleu. Des profondeurs de l’océan Pacifique aux sommets des plus hautes montagnes, la biodiversité est quelque chose dont nous faisons tous partie.

Saviez-vous ? L’Australie abrite entre 600 000 et 700 000 espèces, dont beaucoup ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde.

Protégez la biodiversité de l’un des plus grands écosystèmes du monde, la Grande Barrière de Corail, en ajoutant votre nom à notre lettre ouverte demandant que le récif soit inscrit sur la liste des espèces menacées et protégées.

Que pouvons-nous faire pour protéger notre biodiversité naturelle à la maison ?

Il existe un certain nombre de façons faciles pour les individus et les communautés de contribuer à la protection de la biodiversité dans leur région. Établir une cour arrière pour la faune signifie que vous encouragerez une foule d’animaux indigènes – oiseaux, papillons, lézards, grenouilles, insectes – dans votre jardin. Imaginez-les affluer en masse dans votre cour ! Si leurs trois principaux besoins – la nourriture, l’eau et l’abri – sont disponibles, alors peu importe le milieu urbain, vous pouvez y arriver.

Voici quelques conseils

La plantation d’espèces indigènes locales est un facteur clé dans la création d’un jardin favorable à la faune. Les espèces locales nécessitent peu d’entretien et sont naturellement adaptées aux sols, aux précipitations et au climat de votre région. Ils recréeront les relations présentes avec la faune locale.

Il existe un certain nombre d’éléments d’aménagement paysager, comme les roches, les billes de bois, le paillis, les étangs et les bains d’oiseaux, qui peuvent accroître la diversité de la faune qui utilisera votre jardin d’habitat (rappelez-vous que la disponibilité de nourriture, d’eau et d’abri est essentielle pour tous les animaux).

Planifier votre jardin pour avoir l’air plus naturel attirera plus d’animaux sauvages. Évitez de planter en rangées ordonnées, mélangez différentes espèces entre elles et, à l’occasion, regroupez des plantes de la même espèce.

Ce qu’il faut surveiller

Des graines qui concurrencent les plantes indigènes pour l’eau, la lumière et les nutriments. Méfiez-vous des espèces non indigènes envahissantes, comme la salicaire pourpre, la renouée japonaise, la vesce couronne et la rose multiflora. Certains s’adaptent si bien qu’ils se répandent rapidement et intimident les espèces indigènes pour les soumettre.