lutte biologique

La lutte biologique est un moyen naturel, efficace et sans danger pour prendre soin de son verger. En effet, grâce à ces méthodes naturelles, il est possible de protéger vos plantes et éviter certains produits chimiques qui peuvent avoir des effets néfastes sur vos plantes. Cependant, il faut savoir quelle méthode utiliser pour avoir des meilleurs résultats. Découvrez comment vous pouvez prendre soin de votre verger grâce à la lutte biologique.

Comment les pommes et les poires sont affectées par les nuisibles ?

Les pommes et les poires sont des arbres fruitiers indispensables. Elles sont généralement généreuses et faciles à cultiver, ce qui explique qu’elles soient si courantes dans les vergers et les jardins. Cependant, elles peuvent être attaquées par divers insectes nuisibles, à tel point que dans les cas les plus graves, presque tous les fruits sont malades.

Le carpocapse des pommes et des poires

Il s’agit d’un coléoptère lépidoptère qui peut être très nuisible aux plantes à pépins. Les adultes sont des papillons aux ailes antérieures grises rayées, tandis que les larves sont pâles avec une tête foncée, puis deviennent roses. Les dégâts sont causés par l’insecte au stade larvaire, qui creuse des tunnels dans la chair du fruit. Ce ravageur affecte à la fois les pommiers et les poiriers, bien qu’il soit communément appelé le ver du pommier.

La cochenille de San Jose

La présence de cette cochenille est reconnaissable aux points rougeâtres qu’elle crée sur les pommes ou les poires, mais ses colonies peuvent également être observées sur les branches, où elles nichent et sucent la sève. Il ne faut pas oublier que l’abondance des cochenilles est favorisée par un feuillage dense et ombragé. Si, au moment de la récolte des poires et des pommes, au moins 5% des fruits présentent des signes de cochenille, il est conseillé de traiter les fruits avant la prochaine saison de croissance.

Le puceron cendré du pommier

Ce puceron vit en colonie comme les autres, mais il est de couleur grise avec un aspect poudreux et cireux. Le puceron cendré du pommier apparaît et cause des dégâts dès le stade de la floraison, déformant irréversiblement les bourgeons puis les fruits. Il existe également un puceron gris très similaire qui affecte le poirier, mais le puceron du poirier est moins nuisible, car il attaque plus rarement les fruits.

L’anthonome du pommier

C’est un coléoptère avec un rostre à l’avant, une sorte de bec. Les femelles pondent leurs œufs dans les boutons floraux, qui n’éclosent ensuite plus. En raison de la précocité des dégâts, il est nécessaire de les détecter très rapidement et de traiter.

Les guêpes et frelons

Les guêpes et les frelons s’attaquent principalement aux poires lorsqu’elles sont sur le point de mûrir, car ils sont très attirés par leur teneur en sucre. Dans le verger de pommiers, leur présence est moins gênante. Afin d’agir efficacement contre ce type d’insecte, il est nécessaire d’agir bien avant que les poires soient prêtes, c’est-à-dire à la floraison.

Prendre soin verger

Comment protéger ses arbres ?

La défense biologique contre les nuisibles est assez complexe et consiste en diverses stratégies d’intervention. Tout d’abord, il est nécessaire de mettre en place des pièges pour attraper les insectes adultes, activés par une phéromone spécifique. Les pièges à phéromones ont deux objectifs : ils permettent de surveiller la présence des insectes et de fixer le seuil de l’intervention suivante. Ils sont placés dans le verger, sur la branche d’un arbre. Plusieurs autres produits peuvent être utilisés pour protéger vos arbres.

Filet à insectes

Le filet à insectes est un système assez complexe pour attraper les insectes nuisibles. Il n’est donc pas recommandé dans un grand verger spécialisé, ne serait-ce qu’en raison du coût de sa mise en place. Dans un verger familial avec de petits arbres, cependant, c’est une option intéressante. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un filet paragrêle à mailles fines, qui empêche les insectes adultes d’entrer en contact avec la végétation de l’arbre.

Huile blanche

Les huiles minérales blanches d’été peuvent être utilisées contre les œufs de certains nuisibles. C’est un ovicide efficace qui est autorisé en agriculture biologique. Il est facile à appliquer, car les œufs de l’insecte sont assez gros et donc visibles, et se trouvent le plus souvent dans les zones ombragées de la couronne de l’arbre.

Beauveria bassiana et virus de la granulose

Lorsque les insectes sont encore au stade de jeunes larves, un contrôle microbiologique efficace est nécessaire. Pour ce faire, il est possible d’utiliser le beauveria bassiana. Un autre exemple de contrôle microbiologique est l’utilisation du virus dit de la granulose. Il s’agit d’un virus spécifique isolé en laboratoire, qui affecte les larves de carpocapse. Ce virus doit être utilisé tôt, dès l’éclosion des œufs. Il est appliqué sous forme de suspension aqueuse, l’eau ayant un pH neutre. Une fois ingéré par les larves, le virus de la granulose atteint l’intestin et dissout la matrice protéique protectrice de la particule virale. Le virus est alors capable de traverser la paroi intestinale et de se propager dans tout le corps de la larve. Il perturbe ainsi les activités des organes vitaux. Les larves meurent dans les 5 jours suivant l’ingestion.

Nématodes entomopathogènes

Contre les larves hivernantes, on peut utiliser des nématodes entomopathogènes. Ce traitement biologique est réalisé en automne. Le produit doit être appliqué au début ou pendant une pluie, dès que les troncs et les branches de l’arbre sont complètement mouillés. De cette façon, il y aura un film d’eau sur la végétation, ce qui est essentiel pour assurer l’efficacité du traitement organique. Les températures extérieures doivent être de 10 °C ou plus.

Les bandes pièges

Ces bandes sont utilisées pour éliminer les larves du tronc qui descendent pour se nymphoser ou passer l’hiver. Le mécanisme d’action est assez simple. Lorsque les larves ont fini de se développer en attaquant les fruits, elles descendent le long de l’écorce et se retrouvent piégées dans la bande positionnée sur le tronc. Les bandes pièges s’installent facilement sur les arbres. Ceux-ci donneront à la larve le sentiment d’avoir trouvé un endroit idéal pour la métamorphose. À ce stade, il suffit de récupérer les bandes et de les brûler pour éliminer l’insecte.