Le terreau est un composé indissociable d’un jardin en bonne santé. Ce substrat nourrit et protège les végétaux. Il se choisit en fonction de différents critères pour s’harmoniser au mieux avec la terre qui l’accueille. Sa bonne qualité nécessite un dosage minutieux et divers éléments qui le composent.

Quelle est l’utilité du terreau ?

Cette terre en décomposition est de la matière organique, autrement dit de la nourriture. Pour que le terreau soit efficace, sa porosité en air et en eau doit pouvoir permettre l’ancrage des racines des plantes et jouer un rôle nutritionnel. Une proportion notable de sable, souvent rajouté dans les produits commerciaux, permet un drainage adéquat.

Qu’est-ce que le terreau ?

Cet humus est un produit végétal, issu de différentes terres. Pour obtenir un bon terreau, son subtil amalgam de débris végétaux décomposés, contient entre autres :

  • 80 % de tourbes blondes et noires, pour acidifier le sol, le rendre plus léger et canaliser l’humidité,
  • de l’argile ou terre végétale, pour conserver l’humidité et aider la terre à s’agglomérer,
  • des écorces de pins fragmentées, de la fibre de bois, voire de la fibre de coco pour alléger le substrat et assurer une porosité idéale,
  • de la perlite et de la vermiculite pour faciliter le drainage,
  • de l’engrais, venant de fumiers décomposés, d’algues ou de guanos.
  • de la magnésie, de la chaux et des éléments hydratants.

Tous ces éléments sont en quantité précise, selon sa future utilisation. Tout dépend de la composition du terrain et des végétaux qui y sont insérées.

Comment bien choisir son terreau ?

Le terreau universel s’emploie principalement pour le rempotage des plantes vertes ou les géraniums. Le substrat plantation s’utilise pour les rosiers et les arbustes. Celui de semis pour les semis et les spéciaux, pour les plantes exotiques, comme l’orchidée, les cactus ou les agrumes. Assurez-vous de connaître la nature de votre sol, avant d’ajouter un alliage trop riche en magnésium ou trop pauvre en terre végétale.